furomaju

furomaju

2019年6月10日月曜日

actualités raloufiennes


  • un article sur les lieux de tournage d'Une Affaire de famille, le film de Kore-Eda :


https://www.pop-up-urbain.com/les-lieux-de-tournage-dune-affaire-de-famille-a-la-decouverte-dun-autre-tokyo/




  • un texte un peu abusé d'une trentaine de pages, précédé d'une longue interview et accompagné de stickers de bad art raloufien dans le troisième numéro de la revue de Yoann Sarrat, FREEING (Our Bodies) 




La piste 2 est pas mal.



  • En décembre dernier, j'ai fait une petite expo à Shimokitazawa Three, "Tokyo Bladerunner" pour me moquer un peu des photographes qui nous font croire que Tokyo c'est de la pure "Bladerunner experience" alors qu'en fait pas vraiment. 



Je crois que c'est tout. 
En ce moment je suis sur un projet de field recording des sons de Tokyo (ça devrait être prêt pour juillet), sur un mini-album d'hommage à Autechre (Too loose l'Autechre) et j'ai commencé la rédaction d'un guide de développement personnel fondé sur l'oeuvre de Lautréamont. 
#Çasarrangepas



photos en vrac 色々

Ca faisait longtemps !
Quelques photos, en vrac comme d'habitude.



le trou dans l'escalier et son micro-étang




Arles (alulu)






les grottes de la station Ochanomizu











2019年5月6日月曜日

Notes Chengdu





En voiture, j’aperçois des polygones de pandas, 3D fil de fer, dans les îles désertées des bas côtés. Scrolling parallaxe des routes et des cultures en escaliers ; j’aperçois un lynx (ou assimilé) trottant à contre-sens. 

Une infinité de buissons calcinés, en spirale, pour moi muets, sur le haut de la tête aux gros sourcils. Sculptée dans la roche, on l’admire de près en zigzaguant vers le bas pendant plusieurs heures. 

Ni une, ni deux, dare-dare, je propose : sans s’éthanoliser, on va voir les macheurs de feu, les cracheurs de sabres, le dieu du chaos primordial et la bienveillance dorée. Épices et piments me font divaguer ça et là, comme un chevreuil en centre-ville. La soupe des nouilles est rouge, me répète radio londres dans ma tête. 

Polyphonie de claque-sons, notes diverses, l’une ressemble à un « oh oh » légèrement moqueur de robot enrhumé. 

Deux X dans l’encadrement d’une porte

Dans les parcs de la ville, certains se mettent à danser et à chanter, peut-être spontanément, d’autres déplacent des briquettes blanches, clic, des enfants font des bulles avec un pistolet baleine-hélicoptère. Un stand propose au caramel de papilloner. 

Lu dans un manuel de langue française.       « Faites le bon choix : je veux/je peux une banane ». La première possibilité est d’évidence la seule correcte, pourtant je préfère largement la deuxième. 

Ultime tentation pour monades solvables : en vente juste à côté de la caisse de la supérette, un vibrom’ oblong Durex (sed lex), à vitesse variable. 

Mémoire involontaire : les cabines des contrôleurs autoroutiers du Sichuan m’ont téléporté mentalement en Picardie, à Laon, et plus précisément dans le monorail POMA, qui relie la ville basse à la ville haute. Je me souviens de la cathédrale, de la vierge noire, de ruelles et de makis au jambon. 

Un ingénieux serpent de stations recouvre l’écran. 






2019年3月25日月曜日

photos en vrac 色々

Ah, ça faisait longtemps ! Une quarantaine de photos solites et insolites de Tokyo